L'approche manuelle du Fascia

>Une technique de soin et de rééducation sensorielle par un toucher psychotonique

>Une pédagogie de la perception par le mouvement

 

Caractérisé par sa lenteur et son respect de la demande du corps, le toucher de relation issu de la Fasciathérapie développe et accroit les capacités perceptives de la personne, lui permettant de ressentir une animation dans tout son corps appelée mouvement interne et véhiculée par les fascias.

Le terme fascia désigne le tissu conjonctif qui distribue et interconnecte toutes les parties anatomiques et processus dans le corps, de la tête au pied, de la périphérie à la profondeur (muscles, os, viscère, cerveau, moelle épinière…). 

Dans ce réseau tissulaire s’élabore notre vitalité profonde. 

Ce toucher psychotonique, vécu comme un véritable entretient tissulaire est une technique d'accordage, elle s’adresse simultanément au corps et au psychisme sans les séparer. Depuis la régulation du tonus et des grands systèmes de l’organisme (système neuro-végétatif, vasculaire, endocrinien, immunitaire) jusqu’à la verbalisation et l’accompagnement des vécus corporels qui émergent du traitement.

 

Concrètement que se passe-t-il en séance ?

Si cette thérapie manuelle sollicite les processus d'auto-régulation du corps, elle nous 're-présente' la façon dont il peut être écouté en profondeur et avec nuance, et nous permet alors d'entrer dans une relation de perception différente avec lui, voir inédite.
Si dans un premier temps, par le travail sur table, c'est le praticien qui crée les conditions d'une mise en relation avec le vivant de votre matière organique, cette force active, cette mouvance dans vos tissus que nous nommons « mouvement interne », vous vous sentirez néanmoins actif et engagé dans la perception de ce qui a lieu. La construction d'une relation à cette dynamique sous-jacente, lente, silencieuse, profonde et autonome qui nous anime, crée la qualité de présence qui conditionne la forme, la vitesse, l’ampleur, la qualité même de nos mouvements extérieurs. 

Le projet en nous mettant en rapport avec ce mouvement est de rendre mobile, sensible et conscient ce qui ne l’est pas. C’est faire le choix d’écouter l’intelligence du corps vivant et d’interagir avec lui pour enrichir à la source nos attitudes, postures et comportements. Elle engage donc notre responsabilité dans la relation que nous entretenons avec nous même, et par conséquent avec las autres, le monde.

 

Les vertus de cette approche ?

-nourrir la présence à soi et enrichir la perception de soi.

-créer un sentiment d’unité, de globalité, de stabilité

-rétablir la cohérence articulaire

-détendre en profondeur (vitalité, ressourcement, circulation)

-diluer des tensions psychiques et mentales (relâchement, diminution du stress, de l’anxiété…)

-apaiser la douleur

-accompagner la prise en charge des troubles psycho-traumatiques

-déployer les compétences éducatives (changements du rapport à la santé, du regard sur soi ou sur la maladie).

 

*Les praticiens d’arts martiaux rencontreront ici un outil de développement supplémentaire de la force interne, un moyen d'explorer la structure et d’entrer dans une qualité de perception de cet organe clé qu’est le Fascia : son mouvement autonome, son élasticité, son adaptabilité, les sensations de dilatation et d’expansion, une incarnation des principes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une Pédagogie de la Perception et du Mouvement

Une thérapie du mouvement issue du travail de recherche du Pr. Bois, diplômé d'ostéopathie Intégrative, Fasciathérapeute, Docteur en Science de l'éducation et fondateur du Cerap.

 

Une séance de Pédagogie perceptive est un temps d’accordage entre le physique, le physiologique, le perceptuel et la mise en mouvement de soi.

 

Cette méthode nous invite à apprendre, c'est une discipline qui étudie par quels moyens on peut grandir en conscience à partir d'un vécu corporel plus riche et mieux ressenti, en valorisant la place centrale du corps, du mouvement et de la perception dans les processus d'apprentissage, d'interaction et de changements. 

 

La caractéristique de cette démarche est de restituer la sensorialité, cette capacité humaine à percevoir sensiblement ce qui est vivant, ce qui redonne au corps ses axes de référence et son rythme physiologique, et d'accorder le mouvement interne avec le passage à l'action.

Elle est une invitation à stabiliser ce que nous éprouvons dans l'expérience du toucher de fasciathérapie en reconnaissant le corps comme un lieu ressource. Pour cela elle propose différents outils éducatifs pour rester en relation de manière autonome avec ce lieu de soi: le mouvement sensoriel et codifié, la méditation pleine présence, la lecture de mouvement et l'entretien.

Le projet, c’est de remettre en mouvement quelque chose – soit dans le corps, soit dans la pensée, soit à l’endroit du rapport- et de s’offrir l’opportunité de devenir autonome dans ce mouvement, c’est-à-dire d’apprendre de ce que nous éprouvons.

Nous prendrons appui ensemble sur ce que nous découvrons du mouvement interne qui vous anime, et à partir de sa perception, nous observerons comment déployer cela dans le quotidien : une qualité de présence à votre gestuelle, une capacité à modifier vos points de vue, l’incarnation de quelque chose qui fait sens pour vous.

Pour cela agir sur la matière d'abord, le matériau qui nous constitue comme corps, en amont des représentations et des mécanismes, et s’adresser à notre structure, notre fascia, comme tissu de notre chair, mais comme tissu du monde aussi. 

 

« C’est entrer dans un nouveau paradigme d’existence que de s’inscrire au quotidien dans ce rapport triangulaire singulier/ collectif/universel. C’est aussi entrer dans les principes de culture non-occidentales qui nous engage à quitter un certain rapport à l’identitaire, à l’ego et privilégier l’harmonie du vivant ». Eve Berger